Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2015

De la forme au produit

Dans le dernier épisode, j'étais en quête de robustesse.

On s'est quitté sur une belle image de notre futur Pioupiou :


J'ai reçu des mails qui disaient « cool, le nouveau Pioupiou est fini ! ». Euh, non… Pas vraiment en fait. Là, c'était juste un assemblage fait avec de la colle et des élastiques pour vous montrer la forme approximative que j'avais dans la tête.

D'ailleurs, c'est vrai qu'elle a beaucoup changé cette forme durant les dernier mois… J'ai beaucoup expérimenté et j'ai beaucoup appris.


Aujourd'hui, je déclare que le travail de recherche est fini. On a le design à peu près définitif, qui semble satisfaisant sur tous les points.
Place à la production ! Le nouveau challenge, c'est maintenant de fabriquer le corps.

J'avais hésité entre plastique injecté et impression 3D. Verdict final : injection. Les moules vont coûter environ 15 000 € au total, mais ça permettrat d'avoir un produit vraiment « pro ». L'aspect, ça comp…

Objectif robustesse

La semaine dernière, petit souci d'hélices qui s'envolent. Finalement, le problème était surtout du à la fabrication « bricolage » des protos. Mais ça n'est pas une raison pour ne pas en tenir compte. J'ai donc consacré cette semaine à améliorer la résistance mécanique de notre Pioupiou.
Un jeu d'équilibriste La pièce maîtresse, c'est l'hélice. Autant dire qu'il faut la soigner. Et c'est pas si simple.

Elle doit être suffisamment grande pour démarrer à des vents très faibles, tout en étant assez résistante pour tourner à des vitesses pouvant atteindre les 10 000 tours par minutes.

Le point clé, c'est l'équilibrage. Si elle a une pale plus lourde que les autres, ça vibre fort… très fort… trop fort… et ça explose !

Bref. J'ai fait pas mal de tests pour trouver la forme :



J'ai joué avec des logiciels de conception d'hélice :


Et j'ai − encore − fait chauffer l'imprimante 3D :
(c'est vraiment magique ce machin là !)


Je n&#…

La petite vie des protos

Les prototypes, c'est pas si facile. En fait, c'est même souvent un désastre.

Lorsque j'ai fabriqué les tout premiers Pioupious, en juin 2014, j'étais tout content. Je croyais naïvement avoir fini le projet :) Mais finalement…
Quand ça fume, c'est pas bon signe Et puis le premier bug est arrivé : les piles devenaient bouillantes lorsque je les installait. Il y avait visiblement un court-circuit dans certains cas avec le connecteur des piles qui touchait la carte. Ça fumait.

Alors, même pas mal : j'ai pris mon petit Drémel, et j'ai corrigé à la main les 30 protos. ☑ Problème résolu

Quand ça grille, c'est pas bon signe Après ça, j'ai livré les protos. On en a installé environ 25 partout dans la France.

Ils ont bien marché pendant environ… une semaine ! Youpi !

Mais au bout d'une semaine, un Pioupiou a arrêté d'émettre. Puis un autre, puis un autre.

On s'est un peu creusé la tête, puis on a vite compris : Pioupiou captait l'électricité…