L'avenir de Pioupiou est entre vos mains, pendant encore 15 jours

Arg… J'ai failli laisser passer tout le mois de Juillet sans un seul article sur ce blog. Ce ne sont pourtant pas les belles histoires qui manquent. A vrai dire, j'en ai tout plein à vous raconter.

Si vous avez la flemme de tout lire (c'est les vacances…), lisez la fin !

En général, lorsqu'on lance une campagne de crowdfunding, on se colle à son clavier toute la journée pour communiquer un maximum.

Et en général, on évite aussi de lancer une campagne de crowdfunding en plein été, pile poil au moment où les gens sont à des milliers de kilomètres de chez eux, et pile poil au moment ou les gens sont tous à découvert à cause des vacances et de la rentrée scolaire.

Mais vous l'avez compris : La théorie c'est bien. Et le meilleur moyen de l'invalider, c'est d'agir.

Donc si on récapitule :
- Ça fait plus de six mois que je bosse sur ce projet de Pioupious.
- Ma campagne de crowdfunding se termine dans 14 jours, et il manque encore 10 000 €
- Et pendant ce temps là, je suis à 800 km de chez moi, toute la journée sur la plage, et je viens d'entamer mon troisième flacon de crème solaire.

Ici, j'ai moins internet

En attendant d'être multi-milliardaire tellement que j'aurai vendu pleins de Pioupious, je suis surtout méga-à-découvert. Ça tombe bien, j'ai quand même au moins un diplôme : celui de « moniteur de voile ». Du coup je peux financer mes Pioupious en faisant une activité un peu plus sexy que de bosser au Mac Do.

Mais il y a juste un petit détail qui picote : ici, j'ai moins internet.



Et le téléphone a beau être étanche, il n'a pas internet :



Mes stagiaires non plus n'ont pas internet :



Reste bien le wifi du camping, mais encore une fois, je ne sais pas trop si on peut parler d' « internet » :


(Faudra un jour expliquer aux « network administrators », que ça sert à rien d'essayer de brider internet. Tous les collégiens le savent. − Ici, je ne veux même pas savoir combien les gars ont payé pour cette solution de filtrage qu'on peut contourner en tapant https://youtube.com…)

Donc après avoir passé la journée à faire le tour du gros machin « vu à la télé » planté entre Oléron et l'île d'Aix, je suis forcé de noyer mon isolement technologique dans les huîtres, les moules et le Pineau des Charentes. On fait comme on peut.

Les Pioupious sont lâchés !

Mais j'avais prévu cet isolement, et c'est pourquoi j'ai envoyé la première série de prototypes juste avant de partir.

Et ça a été un vrai plaisir que de voir le petit oiseau commencer à Pioupiouter depuis toute la France.



Quelques gentils installateurs de Pioupious ont fait un album photo de leur aventure :

Et notre ami Bruno nous montre son Pioupiou dans une petite vidéo : « Merci Jacky et Michel ! »



Vous l'aurez compris, ce Pioupiou est né dans le monde du parapente.
Mais comme je ne suis pas sectaire, j'ai aussi trouvé des béta-testeurs kiteux. Et pas n'importe qui ;)


Pioupiou Cuit-Cuit

Bref. C'est pas parce qu'on est au soleil que la partie est gagnée.

Je n'ai pas trouvé la définition du mot « prototype » dans la Désencyclopédie. Du coup je marque la mienne : « machin foireux qui sert à faire pleurer les ingénieurs parce que ça marche parfaitement à la maison et que ça déconne une fois envoyé à l'autre bout de la France ».

Ça n'a pas raté… Une semaine après l'installation des premiers Pioupious, une vague de violents orages a traversée la France.

Ça a été l'occasion de découvrir le second bug de ces protos : l'antenne « capte » l'électricité statique des orages − et ça provoque une surtension qui fait griller l'émetteur radio. Rien que ça. Et évidemment, le problème ne s'était pas posé lors de mes tests en extérieurs, à Oléron et à St-Hilaire-du-Touvet.

Je n'avais pas non plus d'orage dans ma cuisine pour tester. Quoi que, j'aurai pu confier la tâche à certains Youtubeurs :



Je me suis du coup retrouvé avec une foule de Pioupious grillés.

Même pas mal !

Certains partent à la mer avec une tente et des ustensiles de plage. Moi j'avais embarqué tout mon atelier d'électronique dans le coffre du camion.

Et à vrai dire, heureusement ! Car j'étais bien trop à découvert pour refaire fabriquer une deuxième série de cartes électroniques − probablement à cause du chèque de 100 € que j'ai déposé à la banque pour constituer le capital social de la société (que j'augmenterai ensuite quand je serai riche).

J'ai donc trouvé un autre salon, à 800 km de la maison, pour y installer tout mon fourbi et revêtir encore une fois ma tenue de petit enfant chinois.


Objectif : profiter du temps qu'il me reste le weekend pour réparer les Pioupious grillés et leur ajouter une protection anti-orages.

Cette fois, pas possible d'utiliser la poêle. Alors j'ai investi quelques euros pour avoir l'outillage adapté.


Avec un pistolet à air, je viens chauffer les soudures des deux coté du composant à remplacer.


Une fois l'étain fondu, je peux tranquillement retirer la puce défectueuse. Et un coup d'acétone plus tard − pour enlever les résidus de vernis − la carte est de nouveau opérationnelle pour accueillir un module tout neuf.


Je peux ensuite remettre un boudin de pâte à braser, et déposer le nouveau composant.


Encore un petit coup d'air chaud, et voilà notre opération de greffe réussie :


Ne reste plus qu'à ajouter les composants pour la protection anti-orages, et c'est parti. Un Pioupiou tout neuf.


On veut la suite !

Malgré ses apparences simplistes, notre petit Pioupiou a encore du chemin à parcourir avant de devenir grand.

J'ai indiqué que les livraisons auront lieu en Mars 2015, juste pour le début de la saison.

D'ici là, ces premiers prototypes vont continuer à nous dévoiler leurs petits défauts. Et comme pour ce problème d'orages, nous trouverons les solutions pour rendre les pioupious suivants plus fiables et plus robustes.

Ce projet de Pioupiou à un enjeu bien plus important que le produit en lui même : c'est le premier capteur météo au monde à partager ses données sous une licence libre. C'est le point de départ du « Wikipédia de la donnée météo ».

Il est tard et cet article est déjà très long. Je vous garde donc ces explications pour une autre fois. En attendant, vous pouvez lire :

- l'excellent interview paru dans Place Gre'net
- le communiqué de presse du lancement de Pioupiou

L'avenir est entre vos mains − pendant encore 15 jours

J'ai déjà investi plus de six mois de travail dans ce projet, ainsi que la grande majorité de mon « argent libre ».

Début juillet, j'ai lancé une campagne de crowdfunding sur le site KissKissBankBank.

Cette campagne a un quadruple objectif :

  • faire parler du produit et bâtir un écosystème autour.
  • démontrer que l'innovation peut venir de votre cuisine, et ce même sans passer par la case diplômes et business plan.
  • lancer la réflexion sur le partage de l'information météo.
  • et surtout financer la création de la société et la suite du développement de Pioupiou…
Je pense que les trois premiers objectifs ont étés remplis avec succès. J'ai vu un bel engouement autour de ce projet, et j'ai reçu de nombreux soutiens − y compris du gouvernement via Etalab, la mission du bureau du Premier Ministre qui encourage les projets open data en France.

Mais reste l'aspect financier : la collecte en est aux 2/3 de sa durée, et j'ai récolté 2/3 de la somme − sous forme de pré-commandes ou de dons. 

Nous sommes donc « dans la moyenne ». Pioupiou va probablement atteindre son objectif, mais il y a encore un petit risque. Il ne reste que 15 jours, et c'est les vacances.

Rappelons que si les 29 850 € ne sont pas atteint à temps, le projet est annulé et tous les contributeurs sont remboursés. C'est la règle du crowdfunding.

Il vous reste seulement 15 jours pour parler de Pioupiou autour de vous et pour m'aider à atteindre l'objectif. N'attendez pas !

C'est le moment de relancer votre entourage et de soutenir le projet si vous ne l'avez pas encore fait.

L'avenir de Pioupiou (et de ses frères et sœurs secrets) est maintenant entre vos mains !

RDV sur http://kisskissbankbank.com/pioupiou

Cet article est un chapitre de l'histoire de Pioupiou, la balise météo unique en son genre.

Si ce projet vous tient à cœur, vous pouvez nous donner les moyens d'améliorer Pioupiou et d'inventer le reste de sa famille. Tous les dons récoltés seront exclusivement assignés au budget recherche et développement.

Vous pouvez également nous envoyer un chèque, à l'ordre de Bac Plus Zéro, 12 rue Servan, 38000 Grenoble. (joignez y un petit mot).

Commentaires

  1. J'ai fait tourner autant que j'ai pu hier soir. J'ai encore un forum à spammer, j'espère que ça va un peu aider, c'est pour la bonne cause. J'le veux mon pioupiou!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire