Bon Pioupiou pour 2015

J'ai pas donné trop de nouvelles ces dernières semaines. On mettra ça sur le compte de Noël, nouvel an, la fatigue… Tout ça, quoi.

Bref, on est en 2015. C'est reparti.

Il reste encore des tonnes de boulot, mais on peut dire que le chantier a quand même bien avancé.

Bonne nouvelle : j'ai enfin un prototype fonctionnel du nouveau Pioupiou.


Bon, en fait pour l'instant il est encore accroché à mon ordinateur. Mais il va pouvoir prendre l'air demain.

Enfin. Avant ça, il a fallu y passer quelques heures…

Le plastique, c'est fantastique

Déjà pour dessiner le boîtier :


Ça a l'air tout bête. Mais en réalité, c'est une vrai bataille. Il y a des tas de contraintes pour pouvoir faire une pièce facilement injectable : épaisseur qui doit être uniforme, inclinaison minimale pour permettre le démoulage, et j'en passe…

Passé ces contraintes, il y a le deuxième point important : tout doit s’emboîter correctement. Là, j'avoue qu'il m'a fallu quelques essais et ajustements.


Le point positif, c'est que j'ai presque fini mon rouleau de plastique Rose pour l'imprimante 3D :)

Ça fait bip bip

Finalement, ça rentre bien. La carte, les batteries, les panneaux solaires, et tout et tout :


J'ai donc pu en profiter pour tester réellement l'électronique.

Là, pas de mauvaise surprise (pour l'instant). Une bonne dizaine de petits ajustements à faire, mais rien de grave. Le « pire », c'est le bip qui sonne pas assez fort lorsqu'on appuie sur le bouton on/off. Mais on trouvera une solution.

Et même, bonne nouvelle : les aimants placés sur l'hélice ne perturbent pas la boussole. (Bon, en vrai j'avais déjà fait le calcul théorique. Mais c'est toujours bien d'avoir la confirmation expérimentale). Donc c'est top. Pioupiou nous donnera toujours la bonne direction du vent, sans avoir besoin de vérifier qu'il soit bien aligné sur le Nord.

La belle queue

Dans l'épisode précédent, j'avais commencé la mise au point de l'antenne. Donc pour tester, j'ai fait faire de nouvelles cartes pour la queue.

C'est là que je me suis rendu compte que « ah, merde ! c'est Noël ». Et que du coup, c'était pas facile de trouver une usine à qui ont pouvait commander les cartes le 23 décembre pour les recevoir le 2 janvier. Mais j'ai trouvé, et le résultat est plutôt cool !

Voilà donc la queue de Pioupiou, version presque finale :


Et j'ai profité de la sérigraphie pour mettre un texte qui fait peur aux méchants :


Bon, par contre je n'ai absolument aucune idée sur comment ces dessins vont tenir aux UV. À la base, c'est des peintures prévues pour faire des marquages sur des cartes électroniques, pas pour des Pioupious exposés en plein soleil. Pas moyen de faire autrement pour l'instant. Faut faire des compromis… On verra à la longue ce que ça donne.


Mais personnellement, je pense que c'est une bonne solution. Car en plus d'être ultra facile et fiable à fabriquer, c'est aussi super léger :


Ici, l'ensemble complet de la queue fait 35 grammes, tout en restant assez résistante. (tige en carbone + carte en fibre de verre)

Caractéristiques techniques

Au fur et à mesure que le projet avance, je suis assailli de mails. Et en général, c'est souvent les mêmes questions.

En particulier :  « Quelles sont les caractéristiques techniques de la balise ? » ou « Avez-vous une documentation technique ? »

S'il y a une chose à comprendre à propos de ce projet, c'est que nous ne sommes pas dans un schéma classique. Habituellement, un fabricant travaille « en secret » pour mettre au point un produit, puis il le commercialise. C'est donc facile pour lui de donner des spécifications, puisque le produit existe déjà.

Ici, on en est encore au stade de la conception et de l'expérimentation. J'ai fait le choix de le faire de manière publique, car je pense que c'est plus intéressant pour nous tous.

Mais du coup, le produit évolue tout les jours. Il est bien trop tôt pour que je puisse m'engager sur des spécifications ou sur une solution technique à utiliser ou non. Je peux très bien changer intégralement le design demain, si je trouve une super idée qui fera un Pioupiou plus solide.

Puisque je suis dans une phase de recherche et développement, il est complètement impossible pour moi de savoir à l'avance ce qui va se passer. C'est d'ailleurs pour ça qu'on dit « recherche ». Si je cherche, c'est que je n'ai pas encore trouvé…

Aujourd'hui, je vend Pioupiou comme étant « un petit appareil, abordable, conçu pour le windsurfeur et le parapentiste qui veulent savoir en live comment est le vent sur leur spot ». Pour l'instant, c'est ça les caractéristiques.

Cela fait un an que je travaille sur le sujet, bien plus que 35h par semaine, sans salaire et avec un budget extrêmement limité. Je fais de mon mieux, car le sujet me tiens vraiment à cœur, et je suis persuadé qu'on aura un bon résultat.

Pour ceux à qui ces caractéristiques suffisent, c'est parfait. Vous pouvez commander un Pioupiou dès maintenant, et du coup me permettre de développer ce projet sans avoir besoin de faire un prêt à la banque ou d'aller chercher des actionnaires.

Pour ceux à qui ces caractéristiques ne suffisent pas, pas de souci. Rien ne vous oblige à commander aujourd'hui. Vous pouvez attendre quelques mois jusqu'à la sortie « officielle » du produit. À ce moment la, vous aurez toutes les spécifications techniques détaillées.

Dans tous les cas, souvenez vous bien que commander un Pioupiou, c'est pas comme acheter un iPad sur Amazon.

Question existentielle : to mold or to print ?

Après ce long laïus, retour aux questions pratiques pour illustrer le genre de choix que j'ai à faire.

Il y aura 5 pièces en plastique sur le Pioupiou actuel : l'hélice, les coques haute et basse, et les deux pièces (identiques) qui font la liaison entre la tige et la queue. L'idée pour l'instant, c'est de faire ça en moulage par injection. Comme la plupart des trucs en plastique qu'on a à la maison.

En l'état actuel, ça devrait me coûter entre 10 et 15 000 € pour faire les moules. (C'est vraiment pas cher, en fait). C'est pas un souci, c'était ce qui était prévu, et je vais probablement le faire.

L'idée, c'est que quand même, ça fait beaucoup de sous. Surtout, ça fait beaucoup de sous pour faire des moules qu'on va peut-être vouloir changer après la première série, parce qu'on aura trouvé pleins de petits détails à améliorer. Et qu'une fois qu'on a claqué 15 000 € dans des moules, on a pas forcément envie de faire évoluer le design…

Du coup, à force de faire mes protos à l'imprimante 3D, je me pose vraiment la question… Faut-il mouler ou imprimer ?

Sachant que l'impression 3D c'est quand même très lent : ~ 24h pour toutes les pièces d'un Pioupiou…

Sachant que ça sera moins « propre » que de l'injection. Mais que quand même, ce que j'ai vu jusqu'à maintenant me semble pouvoir être assez robuste…

Sachant que Pioupiou est un produit qui va être installé dans la nature, en haut d'un poteau et que du coup c'est peut-être pas si grave si l'aspect extérieur n'est pas parfait…

Sachant que les coûts d'impression et d'électricité restent raisonnables.

Sachant que faire des pièces imprimables, c'est beaucoup moins de contraintes que pour faire des pièces moulables.

Bref. Si je claque 15 000 € dans des imprimantes 3D plutôt que dans des moules, ça me fait une capacité de production de minimum 240 pioupious / mois. Sauf que là, l'avantage c'est que je peux améliorer le design quand je veux et même faire d'autres produits…

Sur ces volumes, la question se pose réellement. Évidemment, si après on vend des milliers de Pioupious, on fera des moules. Mais maintenant, je ne suis pas 100% convaincu. Vous en pensez quoi ?

(Pour l'hélice, elle sera moulée dans tous les cas. On a pas le choix si on veut une bonne calibration).




Bon, à part tout ça, je vais essayer de fabriquer plusieurs protos la semaine prochaine. Comme ça on va pouvoir profiter de l'hiver pour mettre ce Pioupiou à l'épreuve.

Bye

Commentaires

  1. l'impression , l'aspect extérieur n'est pas primordiale . Par contre sous traiter l'impression me semble préférable .

    bravo comtinu

    RépondreSupprimer
  2. Super je partage l'idée de Thierry ... si tu veux tester le vent fort je suis en pleine zone de mistral ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. super ta balise pioupiou , j'ai fait voter l'achat d'uns balise pour notre aéroclub et la commande va suivre avant le 18 janvier . Bravo l'inventeur .

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais pas de quel type de moules tu parles, mais il y a plein de versions possible. En général, pour faire des petites séries, des moules en aluminium sont suffisant, rapides à usiner et donc relativement peu cher, mais c'est peut être déjà tes 15k€. As-tu un concepteur de pièce plastique injectées dans tes connaissances, cela aurait pour intérêt de te faire bénéficier de toute l'expérience nécessaire pour faire des pièces moulable à bas coût? Je ne connais pas suffisamment l'impression plastique pour avoir un avis pertinent sur la durée de vie et attention a l'aspect, pour générer de la confiance dans un produit, l'aspect esthétique est primordial....et tu veux que cela se développe, donc ne néglige pas l'aspect. :). J'ai quelques connaissances dans le monde de l'injection plastique, est-ce que tu veux que je leur demande de jeter un œil au piou piou?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, j'ai déjà réussi à baisser les coûts aux max, avec des moules en alu, etc… Ça me revient à ~ 3000 € par moule. Ce qui est peu. La question c'était surtout de savoir s'il est plus stratégique d'investir dans des moules ou dans un outil de production plus versatile.

      Supprimer
    2. plettil a raison , L'aspect esthétique pour développer la confiance des les personnes n'ayant pas suivies le projet de près . Mais comme d'hab tu as trouvé une solution efficace et pas cher
      GO AHEAD ...

      Supprimer
    3. Hello,
      Bien! A mon sens, une partie de l'investissement des moules est dans leur structure qui pourra être reutilisee en cas de modification des empreintes. Donc tu ne mets pas 3k€ a la poubelle. L'idée d'une version hybride dans les commentaires est peut être une opportunité.
      D'un point de vue stratégique, pour tes clients, il est aussi pertinent d'avoir peu de modification lors des évolutions...ne serait-ce que pour homogénéiser une volière de PiouPiou et assurer les réparations....avec une homogénéité des pièces detachees.
      Bon courage!

      Supprimer
  6. Simplement bravo et Bonne Année...

    RépondreSupprimer
  7. Tu as pensé à une solution hybride: coque extérieure moulé et supports intérieurs imprimé. Comme ça tu peux faire évoluer facilement au moins l'intérieur. Sinon la sous traitance me semble aussi plus rentable que commander pleins d'imprimantes.

    RépondreSupprimer
  8. Question bête mais qui a son intérêt la : tu comptes en vendre combien, sur ce modèle, et combien au total? Y a environ 600 site de parapentes en France, disons 1000 pièce à vendre avec des club, et l'ajout d'autres points ou à l’étranger, l'achat d'un moule qui ne sera amortie qu'en 1000 ou 1500 pièces ne me semble pas forcement la bonne approche. Mais l'achat de nouvelle imprimante pour des délai plus court n'est peut etre pas non plus la bonne solution. Un freeze de design, pour passer plus tranquillement d'une version à l'autre est a reflechir aussi, pour avoir le temps de produire, et d'assurer la disponibilité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelques véliplanchiste et kite surfer qui peuvent être intéressés, plus les capitaineries des ports et autres clubs nautique, sans compter tous les aficionados du vent qui achètent des stations meteo...

      Supprimer
  9. Meilleurs voeux à tous.
    La stratégie imprimante 3D d'abord ne parait plutôt bonne.
    Les possibles évolutions en sont la justification majeure.
    L'hélice qui est le point faible en termes de durée de vie doit être soignée, ce qui semble être le cas.
    Ce projet vaut d'être mené à sa réussite, bon courage.

    Cdlt,
    Yanik

    RépondreSupprimer
  10. Super projet ! Tu vends du rêve ...

    Je choisirai l'impression 3D en faible quantité car au début les commandes seront faible et l'adaptabilité meilleur en fonction de la RD. Aussi une polyvalence, quand les inventions germe dans la tête il faut pouvoir les faire pousser.
    Vu les progressions des imprimantes 3D je me lancerai pas dans l'achat d'une flotte entière ; cela te permet l'adaptation en fonction de la demande ; meilleur flexibilité ...
    Je n'y connait rien en matière de solidité durabilité mais cela est un point important.

    Un parapentiste qui rêve de données multiples (vents pressions) pour voir émerger de nouveau algorithme.

    Vive 2015 et Bon PiouPiou

    RépondreSupprimer
  11. j'ai installé le prototype en Corse on va le tester a present le seuil max du vent est un peu faible pour ma region sion pouvait le fixer a 80 ou 90 Nds ca serait bien

    RépondreSupprimer
  12. petit soucis avec la girouette je l'ai installée hier matin ca m'indique toujours NNW soit y a pas assez de vent pour tourner faire la Girouette soit le Pb est ailleurs http://pioupiou.fr/32

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu des soucis pour souder à la main la puce boussole (3x3mm). A priori, ça n'a pas tenu…

      Supprimer
    2. hier j'avais du SUD OUEST hier doir NORD EST ce matin encore NORD EST on devrait avoir d'avantage de vent aujourd'hui on va voir ce que ca donnera

      Supprimer
    3. pour la girouette a mon niveau je ne peux rien faire ?

      Supprimer
    4. J'ai regardé les données, et effectivement il y a un souci sur cette girouette. Le problème c'est que c'est un composant tellement petit, qu'il est quasi impossible de le souder correctement à la main sans la technique et l'équipement approprié. Donc pour l'instant il faut attendre. Je vais t'envoyer un proto version suivante dès que possible.

      Supprimer
    5. ok est ce qu'il te serait possible d'augmenter le seuil vent vitesse 80 voire 90 nds,un gros Libecciu est attendu d'ici ce week end on verra si le premier proto va resister

      Supprimer
    6. En fait la vitesse du vent est encodé sur 7 bits, soit 2^7 = 127 valeurs possibles = de 0 à 127 km/h.

      C'est programmé dans le l'électronique du Pioupiou. Il n'y a pas la possibilité de le changer à distance.

      Après on pourra peut-être mieux optimiser le protocole. Par exemple dire qu'à partir de 100 km/h on compte 2 par 2. Ça nous fait alors une vitesse max de 154 km/h, soit 83 nœuds.

      Éventuellement, il me reste 8 bits disponibles dans les messages Sigfox. Avec ça, je peux au choix : doubler la précision du vent (256 valeurs possibles au lieu de 127), ou doubler/tripler la précision de la girouette. (32 ou 64 valeurs possibles au lieu de 16 actuellement)

      Supprimer
    7. premier gros Libeccio la nuit dernier le pioupiou est installé en vallée les valeurs enregistrées sont faibles par rapport a différentes données alentours bon je n'ai un historique sur 2 heures glissantes je n'ai pas dépassé les 30 kmhs pour les rafales,en comparaison port de commerce 145 kmhs a 7 heures du matin,le pioupiou est situé dans une vallée orienté W/E le vent dominant actuellement est sw ca peut expliqué la vitesse faible de Pioupiou !!

      Supprimer
    8. bon le premier prototype n'a pas tenu au premier Libeccio l'axe de l'anémo a pété

      Supprimer
  13. C'est super comme projet ça! Je dis à tout le monde qu'on peut faire des éoliennes avec presque n'importe quoi, même des matières recyclées/récupérées. En plus, l'éolien c'est tellllement plus rentable que les panneaux solaires qui ont en plus une durée de vie plus courte... Bravo pour votre initiative et bonne continuité!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire